"Tango 3.0" Gotan Project

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://www.courrier-picard.fr/var/plain_site/storage/images/loisirs/musique/gotan-project-revient-avec-l-album-tango-3.0-le-19-avril/2599776-1-fre-FR/Gotan-Project-revient-avec-l-album-Tango-3.0-le-19-avril_reference.jpg

 

 

Les virtuoses du néo-tango en remettent une couche, du sucré. Attention diabétiques s'abstenir.

 

Après deux albums parfaits et des concerts dans le monde entier, le trio de tango électro nous revient avec cette nouvelle poésie 3.0. Toujours une longueur d'avance. Dès le premier morceau, la présence des cuivres surprend mais reste agréable. Ce seront les choeurs d'enfants de "Rayuela" qui réveilleront notre oreille critique. Le sample est surement fort d'une histoire très touchante mais il rend le morceau trop mièvre.

 

Ce qui nous aura le plus déplu dans ce nouvel opus, c'est cet engouement incessant, nous aurions préféré quelque chose de plus intimiste qui caractérisait d'avantage les anciens albums. Tout le CD est sur la même longueur d'onde, nous n'avons pas eut l'impression de nous évader. Nous n'avons pas compris ce relan de spaghetti western qui nous saute à la gorge sur "De Hombre A Hombre". Le morceau "Desilusion" en est vraiment une : la voix de Cristina Vilallonga n'est pas raccord avec la musique, le skank de la guitare, au même titre que la basse, nous ramène à une sorte de ska tango assimilable à la musique Axé du Brésil.

 

Où sont passés les merveilleux rythmes de "La Revancha del Tango" ? Il n'y avait que Gotan Project pour se permettre de débuter un morceau avec 1 minutes de percussions (cf. "La Del Ruso"). Pourquoi ? Parce qu'elle était belle, elle prenait tout l'espace, elle était variée. Ne parlons pas de ce qui suivait, sommairement, le morceau est splendide. Mais revenons à nos moutons, le morceau "Panamericana" se suffit avec sa batterie house. On retrouve ici le travail de nombreux groupe lounge qui ont surfé sur la vague Gotan. Nous n'y voyons guère la précision et la justesse qui les a animé jadis.

 

Autre question : pourquoi avoir délaissé ce principe de faire une reprise de musique de films ? "Last tango in paris" et "Paris, Texas" restent des monstres d'interprétations. Des morceaux comme "Erase una Vez" sont des chansons de la catégorie Art mineur. Beaucoup de groupes se popisent en ce moment, Gotan ne déroge pas à la règle et livre des titres tels que "El Mensjero". Doit on comprendre que le Tango 3.0 nouvelle génération n'est rien d'autre que de la variété ?

 

"La Gloria" et "Mil Millones" sont des OVNI au sein de l'album. On y trouve du Delay, de la Reverb, un équilibre parfait entre chaque partie instrumentale ou vocale. On ressent à nouveau l'élan qui nous empoignait dans les précedents opus. La voix de Victor Hugo Morales, commentateur sportif apporte un souffle jouissif à "La Gloria". Il est important de noter la qualité du graphisme qui laissait rêver à un album haut en couleur.

 

En Bref : Une déception pour ceux qui ont passé des heures entières à contempler les oeuvres de Gotan Project. Le concept de l'album est totalement différent et "Ca passe ou ca casse". De par chez nous, ca a cassé.

 

Un Clip : Ici

 

 

Publié dans Musique

Commenter cet article