"Enter the Void" de Gaspar Noé

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/66/82/37/19408122.jpg

 

Le poids des images, le choc de l'esprit. Rangeons nos Paris Match au placard le néo Noé est arrivé.

 

Le Pitch : Il s'agit des pérégrinations d'Oscar à travers Tokyo. Le jeune homme habite avec sa soeur Linda. Il vit de petits deals. Il meurt.

 

Le film est une illustration très personnel du Livre des Morts tibétains. L'histoire n'a rien d'extraordinaire par elle même. Il s'agit d'une mise en image. Mais qui d'autre à part Gaspar Noé pouvait supporter et mettre à jour un projet si lourd ? Le travail semble titanesque et il a du l'être.

 

Le générique de début violent et stromboscopique nous laisse penser à un film booster à l'adrénaline, quelque chose de très speed. Mais l'atmosphère se calme très vite. On rentre littéralement dans la peau du personnage (caméra subjective). Suivent deux heures trente de trip hallucinant, parfois hallucinatoire selon une montée en puissance quasi orchestrale.

 

Il est indéniable qu'il faut primer le travail de BUF pour les effets spéciaux. Ce film reprend quelques techniques déjà vues dans "Irréversible" notamment les mouvements de caméras, le long plan séquence. On peut ajouter aussi un travail gigantesque sur les lumières car ce film est avant tout un film de contraste. On passe de scènes très douces à des scènes très brutales. Les lumières de Tokyo sont les seuls sources de lumière de cette nuit infini que le spectateur traverse.

 

Il est très difficile de parler de ce film qui est, nous l'aurons compris, plus à voir qu'à conter. Esthétiquement l'oeuvre est majeure. Elle ne ressemble à pas grand chose de connu. L'influence la plus forte qu'on peut percevoir est celle de "2001, l'Odyssée de l'espace" de Stanley Kubrick. Gaspar Noé délivre sa vision du mythe de l'humanité. Le hasard au centre d'une filmographie étrange. Qu'on aime ou qu'on aime pas, on n'en ressortira pas indemne.

 

En Bref : Un chef d'oeuvre esthétique, poétique et érotique sur la fin de toute chose. Un film que les cinéphiles avertis pourront aisément critiquer (bien ou mal), une expérience pour les autres.

 

La Bande Annonce : Ici

Publié dans Cinéma

Commenter cet article