"Small Craft On A Milk Sea" Brian Eno

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://static.brian-eno.net/images/warpcd207.jpg

"L'âme a la couleur du regard. L'âme bleue seule porte en elle du rêve, elle a pris son azur aux flots et à l'espace." G. de Maupassant

 

Voilà plusieurs semaines que nous retardons la critique de cet album et de bien d'autres car nous ne pouvons pas vous en faire profiter via Deezer, les albums en question ne sont pas dans le catalogue malheureusement. Cela mis de coté, accueillons le retour du pape de l'ambient et c'est sous le label Warp qu'il nous propose ces nouvelles compositions. L'écoute des morceaux en avant première tels que "Horse" nous avait mis en appétit, le CD a fini de nous rassasier.

 

Résolument plus rock et live, il se dégage de ce nouvel opus une énergie palpable. On a toujours le droit aux éternelles nappes sonores et aux douces mélodies de piano mais on appréciera les aventures avec la guitare électrique. Le tout est savamment agencé pour qu'on ne lâche pas l'affaire en route. Brian Eno nous livre un habile ensemble où les contrastes se ressentent sans être véhément.

 

Le travail sur le son est subtil et carré. On est très vite entraîné dans un tourbillon d'objets sonores évoluant dans une sorte de microcosme parfaitement défini. En d'autres termes, Brian Eno arrive à faire graviter les sons autour d'un axe bien défini. Seulement voilà, il ne s'agit pas d'un axe ou d'un fil conducteur comme souvent on en voit dans les albums de qualité. On a une impression de sphère. "Small Craft On A Milk Sea" pioche dans plusieurs styles différents. On trouvera de l'ambient avec "Emerald And Lime", on penchera vers le big beat avec "Dust Shuffle" par exemple.

 

Un seul problème pointe à l'horizon, l'album forme un bloc hermétique. Il est vraiment très difficile d'écouter un morceau seul. La cohérence de l'univers créé par Brian Eno est telle que chaque écoute est une immersion intense avec très peu d'échappatoire au contraire de "Ambient 1 : Music For Airports" nous installait un cocon douillet qu'on pouvait quitter à sa guise. Nous pensons avoir assez répété à quelle point l'expérience était complète. De plus sous ces airs de zenitude des titres, l'atmosphère reste résolument pesante.

 

En Bref : Un travail sur la morphologie sonore remarquable mêlée à un souffle post-rock qui nous offre une relique et nous pesons nos mots.

 

Mention Spéciale : A mettre entre toutes les mains.

Publié dans Musique

Commenter cet article