"The Expendables" de Silvester Stallone

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/78/57/80/19472891.jpg

 

Pour plus de confort durant ce vol, nous vous prions de bien vouloir laisser votre cerveau au vestiaire et attachez une seconde ceinture de sécurité.

 

Le Pitch : Barney Ross et sa bande forment une unité spéciale qui exécute des contrats partout sur la planète. La mission qu'on leur confie sur Vilena s'avère plutôt compliqué.

 

On retrouve le grand Stallone dans tout ce qu'il a de meilleur, un héros aux balafres évidentes mais dont on ne doute pas qu'on aurait pu l'incarner si on avait sa carrure. Encore mieux, il n'est pas seul. Epaulé par Jason Statham, Jet Li, Bruce Willis, Lundgreen, Schwarzenegger, Stone Cold et nous en passons, il est bien décidé à mettre le feu au large. Bien entendu, ce casting hallucinant est la clé de voûte de ce film.

 

En effet, il ne faudra pas compter sur la complexité du scénario. Il s'agira finalement d'un sauvetage désespéré de la jolie fille. Malgré tout, l'humour est de mise et on verra les gens s'esclaffer dans la salle au fur et à mesure que Stallone repousse les limites de l'imaginable. Les performances des acteurs seront avant tout physiques. On notera d'ailleurs l'inefficacité de la réplique du dictateur qui aurait aimé être comme sa fille.

 

Ainsi, il a paru plus raisonnable à Stallone de ne pas rester vivre l'idylle avec la fille du dictateur et reconstruire le pays. On l'aura compris, il ne peux pas se passer de ce job. A l'inverse Mickey Rourke sublime dans son rôle de grand sage tatoueur, ex mercenaire. Le peu de scènes où il apparaît est une leçon de comédie. Le rôle lui colle à la peau et colle aussi à l'histoire de l'acteur. C'est la pipe entre les dents qu'il donnera un souffle de vie au film.

 

On regrettera aussi le manque de crédibilité dans la scène finale (attention spoil). La maison du dictateur fait vraiment carton pâte au moment de son explosion. C'est réellement dommage dans un film où l'action est la seule chose qui nous tient en haleine. A part cela, les combats au fusil mitrailleur ou aux couteaux redoublent d'inventivité. A certains moments cependant, les plans saccadés font perdre de l'intensité aux batailles.

 

En Bref : Des muscles, des armes à feu, des armes blanches, une fille, des motos, des tatouages, des explosions, une autre fille, un avion, une tête de mort et un corbeau.

 

La Bande Annonce : Ici

Publié dans Cinéma

Commenter cet article