PZK, Indigeste, j'ai vomi

Publié le par Pacifisme et Rationalité


Merci Le Grand Journal de Canal + de nous infliger de telles merdes. Une infection, c'est mauvais et encore les adjectifs manquent aux dégouts qui m'habitent. Je viens de couper l'album de ces jeunes garcons que j'avais lancé pour me donner un fond sonore à l'article car j'ai bien peur de perdre des neurones à ne plus savoir écrire.

La musique pour commencer. Un haut le coeur mélodique. On utilise des sons de vieux synthé pour se la jouer Justice, ca ne marche, le son est plat, génération mp3 oblige. La rythmique est sale, elle dégouline, on la traine sous la chaussure. La minute "Geiger Counter" qui ouvre l'album "Radioactivity" de Kraftwerk a des milliards de fois plus de consistance que leur album entier. Les sons moitié bubble gum moitié beignets de calamar de la cantine affluent de partout, un calvaire pour l'espace auditif.

Passons aux textes maintenant. On veut se réclamer de TTC, mais on n'a pas bien écouté l'oeuvre de nos adorés batards sensibles. Minable, sauf si on fait de la musique pour Jean Sarkozy. Toute votre carrière va voir défiler un auditoire âgé de 11 ans. Même téléchargé, l'album ne passera pas six mois sur les balladeurs. Des sujets inintéressants, analysés par des candidats pour Secret Story. Une seule envie, leur rentrer dans le gosier la lollipop qui leur sert de microphone.

Nous avons là des esprits fragiles Auteuil Neuilly Passy du Nord de la France. J'aime la démarche, très punk, très Sex Pistols. On fait de la musique même si tout le monde veut nous barrer la route. Sauf qu'il n'y a plus de volonté de révolte. C'est pire, c'est de la complaisance dans tout ce qui fait envie. Un appel au rêve américain qu'on veut immédiatement. La victoire de l'individuel.

Messieurs les producteurs de ces jeunes puceaux analphabètes et fiers, vous n'avez aucun amour propre, je vous méprise.


Nikolai Sazhin pour Parongo Blog


Publié dans Musique

Commenter cet article

John Love 07/12/2009 13:24


Au contraire, PZK est une machine de guerre, réglée au "poil" (si l'on ose dire) pour cartonner chez les prébubères: belles gueules, refrains catchy, mélodies simples, beats endiablés, couleurs
criardes, paroles concons traitant des préoccupations des pré-ados: filles, école, fêtes, sexe...
Les producteurs ont fait un boulot admirable en tout point, dans la droite lignée des groupes de bubblegum pop américains. Les PZK n'ont d'autres ambitions que de faire danser les kids sur des
morceaux de pop acidulée, comme Paul Revere & The Raiders, les Banana Spilts, Ohio Express, Bay City Rollers, et The Archies en leurs temps, ou encore Killie Minogue et Britney Spears pour la
période récente.
Enfin! Des producteurs au nez creux (The Freaks en l'occurence) proposent aux ados autre chose que des musiques boursouflées sur des textes soit-disant engagés quand ils ne sont pas déprimants. Il
était temps, la morgue des groupes indies et de la bêtise sans fond des rappeurs n'étaient plus supportables. Les vrais amateurs de pop salueront les PZK comme peut-être les prémices d'une nouvelle
vague Bubblegum à la française, tant espérée après France Gall et Lio; les autres peuvent retourner à la lecture des inrocks si ça les chante, avec à chaque fois toute la condescendence pour la
musique sur-produite qui caractérise les philistins... Si vous pensez échapper au bizness en vous pinçant les narines devant les productions ouvertement commerciales à destination des kids, vous
vous mettez les doigts dans l'oeil. Car vous aussi vous êtes markettés aux petits oignons avec vos revues, vos buzzs, votre branchitude à tout crin ou vos révoltes conformistes.... A mort même! Et
qu'y a-t'il de plus pathétique que se croire libre de ses choix alors qu'on s'avère être manipulé comme les autres si ce n'est davantage? L'ado qui écoute PZK, lui au moins ne se revendique pas
d'une pseudo-élite culturelle.
"Bubblegum music is the naked truth..." pour reprendre le titre d'un excellent livre sur le sujet. Et la vérité n'est jamais agréable à entendre.


Pacifisme et Rationalité 19/03/2010 16:09



J'ai bien lu ta réaction et je crois la comprendre. Il me semble que la vague bubblegum s'est toujours maintenue par l'enchainement de groupe plus ou moins bons depuis Lio. Ilona "Un monde
parfait" en est un exemple, au même titre que l'album "Party de plaisir" de Teki Latex. Mais PZK sont dans un stade qui est beaucoup moins naïf que le bubblegum. Ca tourne en rond complétement et
ce n'est même pas original. Tu me parles de producteurs qui proposent aux ados autres choses, mais les ados prennent les musiques selon ce qu'on pourrait qualifier leurs minis périodes
socio-émotionnelles. Ils écouteront tour à tour le rap ou les chansons engagés. Les PZK me rappelle cette phase du Klub des  Loosers : "Dans la vie, seul le contexte semble compter Ainsi un
type assis sur un banc les cheveux longs et sales, mal habilé Vomissant de l'alcool est sans nul doute un SDF un petit peu émeché. Dans une soirée, un type, les cheveux longs et sales, mal
habillé Affalé sur une banquette vomissant de l'alcool est un branché." Je ne me pince pas les narines, j'ai écouté l'album de PZK en entier. Ton dérapage sur la pseudo élite culturelle est
tellement banale , ca ne colle pas avec la brillance de ton début de commentaire. Merci pour ta réaction.