"Outback" High Tone

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/7/1/6/3700426912617.jpg

 

 

Les princes de l'électro dub ajoutent une nouvelle pierre à leur édifice musicale. La pyramide est en marche et "Le Nil prend son élan sous leurs sandales".

 

Décliné en deux disques, cet album marque le grand retour du crew lyonnais. Insèrons le premier CD dans la machine. Sous-titré "Dub Axiom", le premier morceau est une véritable claque, ou plutôt une fessée. La basse est ultra efficace allié à des samples hors du commun. Les skank nous rappellent que nous écoutons du dub. Le morceau fait naitre plusieurs tableaux plus acides les uns que les autres. Et ca continue. Le rythme du second morceau donne la couleur dès le début. On retrouvera ici un dub plus conventionnel.

 

D'ailleurs ce premier album s'ancre dans le passé dub d'High Tone. Peut être un peu trop. Nous avons eut l'impression que cet partie de l'album était destinée à ceux qui n'avaient pas suivi le groupe depuis "Underground Wobble". Pour les fans qui se sont procurés  la "Dub Box" et "Dub Invaders", on reconnaitra aisément la mouvance de ces dernières créations. Finalement rien de bien nouveau excepté le fabuleux "Spank".

 

Le travail sur la basse est subtil. Nous avons aimé nous faire secouer par la basse de "Dub What" à 2 min 05. "Fly me to the moon" est un long trip de 7 min qui, à la première écoute, semble manquer d'une envolée, d'un décollage. Par la suite on s'habituera à ce grand voyage longiligne.  Notre grande déception arrive avec la fin du premier CD, le morceau "Boogie Dub Production" recèle d'une mélodie ridicule. Le fond est plus correct mais les passages mélodiques laissent à désirer malheureusement.

 

Insèrons le second CD dans la machine. Guitare saturé, le premier son... Un featuring avec Ben Sharpa suivra cet introduction, rap puissant et bien grime (le featuring avec Oddateee est de même une perle). Et on bascule vers un autre univers, celui du High Tone en mouvement, moins ancré dub mais avec quelques relans tout de même, "Home Way" par exemple. Les 8 titres qui suivent seront les symboles d'une évolution du groupe. Plus diversifié que le premier CD, ce dernier est aussi inclassifiable.

 

Des morceaux sereins et puissants à la fois à l'image de "Bastard". Le bruitisme s'invite quelques secondes sur le morceau "Ollie Bible". On s'invite parmi des sons criards et complétement déstructurés sur "Uncontrolable Flesh". La fin de l'album nous a rappelé "Soundscape" de l'album précédent, littéralement planant. Petit bémol, le morceau "7th Assault" agresse un peu l'oreille avec cet accord répété indéfiniment à la guitare. Intéressant deux minutes mais ennuyeux sur sept.

 

En Bref : Une perle rare des ovnis de la musique électronique lyonnaise. Un album doté d'innombrables surprises et une deuxième moitié d'album qui dévoile un coté d'High Tone méconnu. "La Terre est une graine qui commence à germer".

Publié dans Musique

Commenter cet article