"No problem" Jamaica

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://lakotamedia.files.wordpress.com/2010/07/album-cover-print1.jpeg

 

 

Le marchand de glaces arrive en force avec son camion apportant manifestement un lot de malheur pour la dentition de toute une génération. Mais ces caramels sont tellement bons...

 

Antoine Hilaire et Florent Lyonnet ne veulent plus qu'on les appelle Poney Poney mais Jamaica. Et c'est certainement à cause du succès grandissant mais peu compréhensible des Pony Pony Run Run. Continuons d'enfoncer les portes ouvertes, Jamaica ne fait pas de reggae.

 

Ne tournons pas autour du pot, la beauté de cet album provient du producteur, un certain Xavier de Rosnay (une moitié de Justice). Et forcément, ca s'entend. Les batteries sont très électro pop mais l'influence se ressent d'avantage sur les lignes de basses monstrueuses. La fin du morceau "Short and Entertaining" est typique Ed Banger.

 

Autre particularité du CD, il est construit comme un set de DJ. les morceaux s'enchaînent parfaitement et l'ensemble ne dure que 40 minutes. La chose est calibré au millimètre près pour ne pas que l'on s'ennuie. A la fin de l'album, le remix de "I Think I Like U 2" nous donne envie d'en avoir plus mais très vite on se ravise pour éviter l'overdose. La dynamique est gérée de manière très basique mais efficace. Le petit défaut se trouvera sur "Junior" qui fait un peu vide placée après la fantastique "By The Numbers".

 

La qualité la plus remarquable de l'album est une incroyable énergie qui envahit toute la pièce lors de l'écoute. Aussi bien au niveau du rythme que du son, la précision des chansons en fera des tubes les unes à la suite des autres. Dès le premier morceau "Cross The Fader", on sentira cette envie de syncoper ou de changer les rythmes de manières très brusques. Les puristes diront très certainement que les accords sont vraiment du déjà vu, ils auront sans doute raison.

 

On appréciera par ailleurs ce coté rétro apporté par la voix du chanteur qui rappelle l'époque de la new wave. On ne pourra s'empêcher de penser à James Murphy et son LCD Soundsystem. Les deux groupes adoptent un peu la même démarche mais utilisent des sonorités différentes. James Murphy privilégiera la dissonance des notes quand Jamaica favorisera les sons saturés.

 

En Bref : Une expérience de petite envergure dans la musique pop, mais une explosion impressionnante pour qui se donnera la peine de plonger dans cet univers pour une petite heure.

Publié dans Musique

Commenter cet article