"Ninja Tune XX" Various Artists

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://3.bp.blogspot.com/_A985ItOC5lg/TI37fOFr_wI/AAAAAAAABK0/AG-HBeoF-Mw/s1600/ninja_tune_xx_box_set.jpg

 

 

"Un bon fort a besoin d'une faiblesse pour attirer l'ennemi et l'attaquer de plus belle." Takashi Shimura

 

Le label londonien créé par le duo Coldcut fête ses vingt ans d'existence et sort deux volumes de compilations et une édition collector foisonnante. En d'autres termes, il y a de quoi faire, surtout quand on connaît l'éclectisme de ce label hors normes et de ses filières N'Tone et Big Dada. Le tout est saupoudré d'une série de concerts autour du monde, "de quoi inciter les belles à faire la grimace."

 

Vous comprendrez aisément qu'il n'est pas évident de faire la  critique d'une compilation. Il y aura forcément du bon et du moins bon. Dans ce court article, nous nous efforcerons de vous faire partager nos impressions, nos déceptions, nos coups de coeurs,...

 

Commençons par le négatif. "Eight Sum" d'Amon Tobin est assez dérangeante, le son est là, le sample de voix surprend mais l'univers est trop proche de celui développé sur la série Splinter Cell. Ensuite, le remix de "TImber" par Seiji est vraiment pauvre. On a laissé de coté le zen qui faisait le charme du morceau à l'instar d'un beat de daggering. Idem pour le remix de Benga, l'artiste ne sort plus des stéréotypes et le résultat est banal.

Le remix de "Bloodstone" n'est pas fou, le travail du génie brésilien s'en trouve fortement rabaissé. "Lion" de Shuttle balance entre Chillwave et Chillout, chose assez dérangeante. Le morceau de Jammer ne reflète pas le coté brillant de Ninja Tune non plus.

 

Et enfin le positif. Le nouveau Two Fingers sonne si bien, le travail est superbe au même titre que "Lost & Found" d'Amon Tobin. Le remix du culte "Witness" de  Roots Manuva est ultra efficace. Diplo est toujours aussi doué, en témoigne sa nouvelle version de "Summer's Gonna Hurt You". Eskmo a choisi d'explorer des beats à la Tobin et c'est remarquable. Lorsqu'Autechre s'attarde sur The Bug, ça donne des frissons ce nu dans le son.

Flying Lotus fait aussi deux apparitions étincelantes. Le mélange Four Tet et Anti-Pop Consortium fait penser aux grands moments de The Hood Internet. Et on pourrait parler de tout le reste pendant des heures.

 

En Bref : Quelques titres font peine à écouter mais la plupart de la sélection est un régal pour les électrophages. Le tout est plutôt bien réparti et forme un ensemble subtil dont les défauts ne sont là que pour faire ressortir les qualités.

Publié dans Musique

Commenter cet article