"Mystic Rumba" Arthur H

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://www.ouest-france.fr/of-photos/2010/03/21/11GUTT_3042998_1_apx_470__w_ouestfrance_.jpg



Un best of avec des versions solo piano donc différentes des albums originaux. La plupart des titres proviennent des trois derniers albums à savoir, L'Homme du Monde, Adieu Tristesse et Négresse Blanche. Des inédits viennent compléter le florilège de chansons en 2 CDs.

Arthur H a l'habitude de ce genre d'exercice et le résultat est très plaisant. On se remémorera l'album live Piano Solo. Certaines chansons sont très proches des originales, d'autres non. Le plus intéressant est de découvrir les reprises de Négresse Blanche. Les morceaux qui étaient à la base orientés vers l'électro se retrouve dépouillés. Ceux qui n'ont pas accroché avec le virage musical du dernier disque se sentiront plus proche de ce nouvel opus.

Les titres de L'Homme du Monde paraisse ici moins néo disco, et mis à coté des anciennes chansons, l'écriture parait moins poussée. La nouvelle version de Raïssa semble moins pertinente que le première version proche d'une sorte de trance arménienne. Le mimétisme de la Lady of Shangaï est moins intéressant que cette voix grave de mâle qui entonnait ses chagrins d'amours. Pour finir avec les plus gros défauts à nos yeux, la fable des Trois Petits Nains est un peu trop légère et facile. Elle nous rappellera les nouveaux textes d'Arthur H, dans la même lignée que Dancing with Madonna.

Bo Derek, ce titre fabuleux à la base prend une toute nouvelle dimension. L'intimisme qui s'en dégage est sensuel voire encore plus sexuel que la version d'origine. Arthur H nous réserve une belle suprise avec Est ce que tu aimes ? qui devient tourbillonante nous rappelant Little Big Man. Soleil d'Hiver et L'Egyptienne de Molino viennent cloturer le premier CD avec mélancolie et chaleur. On appréciera les petits plus rajouté sur L'Abondanse (discret beat box) ou Raïssa (clavier supplémentaire en errance). 

L'atmosphère de l'album est en parfait accord avec la pochette de l'album. Noir et rouge tout comme le live Piano Solo. L'album est à la fois chaud et sombre. Le piano est le fil conducteur du best of, ce qui nous fait oublier l'idée de compilation.

En Bref : Adieu Tristesse, l'artiste se tient toujours à son évolution. L'album est très bien pensé, on ne s'ennuie pas, chaque CD est indépendant mais on a quand même l'idée d'un grand tout, la carrière d'Arthur H. L'Homme du Monde ne trouvera toujours pas de grâce à notre âme même si les versions sont moins pop.

Publié dans Musique

Commenter cet article