"LP4" Ratatat

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2010/05/25/a6ad275f580a8ed9859fba43f84af166_w350.jpg

 

 

Adeptes de la pop bien pensante et bien pensé, rechargez vos batteries à cette station. L'énergie ne se fait pas désirer et le rayon sucrerie de la boutique est plutot bien fourni.

 

Deux années se sont écoulées depuis "LP3", le duo New Yorkais reprend là où ils s'étaient arretés. On retrouvera la fraicheur qui caractérisait le troisième album, bien que ca ne soit pas évident dès le début. Le morceau "Bilar" qui fait démarrer le CD est peut être le plus sombre que Ratatat ait pondu depuis leur début. Une ambiance lourde accouplé à un beat bruitiste font de ce départ une surprise non négligeable. C'est à 1 min 30 qu'on se retrouvera en pays ratatatien avec l'arrivée du son de guitare si typique de Mike Stroud.

 

Il est vrai que ce son de guitare si particulier est la signature du groupe. Pour notre part, ce sera sur "Mirando" que nous avions eut le premier émoi. Sur cet opus, le morceau "Mahalo" est fait pour Mike Stroud. En effet, cette petite ballade mélancolique place la guitare en premier plan, chose peu fréquente sur les dernières productions. Pour continuer sur les caractéristiques propres à Ratatat, on n'oubliera pas de parler du coté disco parsemé de touches world. Le morceau "Bob Gandhi" peut être un bon exemple. Ce qui est intéressant dans le travail d'Evan Mast (autre moitié du groupe) est sa capacité à détourner les éléments world afin qu'on ne puisse plus les situer dans leurs contextes d'origine.

 

On retrouvera aussi une multitude de sons de synthé et l'ensemble d'instruments à cordes qui apparaissent aléatoirement pour pimenter ou adoucir la musique. Pour illustrer cela, nous vous conseillons d'écouter le morceau "Mandy". On aura le plaisir de se frotter à des morceaux à tempos plus dansants. Après un début plutot bateau, le morceau "Neckbrace" trouve un nouvel élan à partir de 2 min en mélangeant de nouvelles parties insoupconnées. Nous parlions plus haut de "Mirando", le beat de "Party with Children" ressemble fort au beat de "Mirando".

 

Le plaisir indéniable de Ratatat est une propreté des sons inégalable dans ce genre de musique. Il y a une véritable maitrise dans la conception des morceaux qui rend l'écoute assez attentive. Ratatat arrive à gérer les entrées et sorties des samples de manière à ce qu'on ne s'ennuie pas. Malgré tout, il sera difficile d'écouter plusieurs albums de Ratatat à la suite. L'évolution depuis "LP3" est vraiment minime. Ce que nous regrettons est ce manque de prise de risque. Le plaisir résidera dans le fait d'écouter des morceaux différents avec les mêmes sonorités que les albums précédents. En continuant ainsi, Ratatat n'aura fait qu'un seul grand album dans sa carrière.

 

En Bref : Un album à découvrir absolument pour les néophytes, à écouter pour ceux qui apprécient le style, à mettre de coté pour ceux qui s'étaient lassés avec "LP3".

Publié dans Musique

Commenter cet article