"How I Got Over" The Roots

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/9/9d/The-Roots-How-I-Got-Over-Album-Cover.jpg

 

 

Le légendaire crew de Philadelphia est prolifique et reste professionnel. Un son protestant contre les clichés du Rap commercial et qui profite des prouesses de musiciens live. Certains se sont précédemment prosternés, d'autres restent prostrés, que nous promettent ils cette fois ci ?

 

The Roots, un groupe qui n'a jamais cessé de repousser les limites du Hip Hop. Nous nous souvenons de l'album "Phrenology", véritable concept dans un milieu qu'on qualifie souvent de relativement étroit et peu enclin à la progression. Cependant depuis cet album, on attend de nouvelles folies de ces artistes hors pair. Choses qui n'arrivent malheureusement pas. On trouve souvent des albums inégaux, agréable à écouter mais qui ne vont pas chercher plus loin. C'était le cas de "Rising Down", dernier album en date sorti voilà deux ans.

 

L'introduction au CD est assez intéressante, elle rappelle les anciennes compositions de The Roots. Une sorte de mélange de voix féminines accompagnées par le clavier Rhodes et la batterie de Questlove. Pour suivre "Walk Alone" nous sert de grands accords jazz variété. Un morceau qui se rythme par le flow des MCs, chose intéressante. Ce n'est qu'avec "Dear God 2.0" que l'album commence réellement. Le refrain chanté par une voix frêle rappelera peut être Horace Andy. La construction du titre est assez bien pensé, circulaire sans tourner en rond.

 

Par la suite on restera dans les mêmes timbres, des musiques très simples mais qui marchent et donnent une cohérence à l'album. Cet ancrage dans ce style hip hop jazz neo soul finira par endormir quelque peu. Le seul piment sera les phases endiablées des rappeurs qui défilent. "The Day" ressemble à tellement d'autres morceaux de hip hop conscient. Nous avons trouvé très étrange la manière dont est utilisé la batterie dans ce morceau. Le coup de caisse claire sur le deuxième temps explose par rapport au reste du beat, on en oublie la finesse de jeu de Questlove.

 

Malgré tout l'album bascule à partir de "Doin' It Again" avec ce sample fabuleux de John Legend. Black Thought, le MC, s'enflamme et le morceau tourbillonne pendant 2min30. D'un seul coup, l'ensemble s'allège ou devient un  peu moins lourd, chacun choisira son point de vue. "The Fire", "Web 20/20" et "Hustla" nous font découvrir des samples comme on en aurait voulu tout le long de la première partie de l'album. Du neuf, un peu plus sombre et proche de l'underground. Ici, The Roots nous prouvent que ca n'est pas parce qu'on fait du Rap conscient qu'il faut se morfondre dans des musiques très calmes.

 

En Bref : Un album en deux parties, certains trouveront le cheminement intéressant, ce passage de la lumière vers l'ombre. Pour ceux qui suivent The Roots depuis un petit moment, nous ne leur promettons pas de réelles surprises. Un album qui s'écoute très simplement, qui passe tout seul mais est ce un crime ?

Publié dans Musique

Commenter cet article