"Ethics" Michel Benita

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/2/5/3/3760009292352.jpg

 

 

"Le courage de la goutte d'eau, c'est qu'elle ose tomber dans le désert" L. She

 

Voyez la tribu mythique qui s'avance au loin, tous réunis par Michel Benita. Le contrebassiste dit que sa rencontre avec Mieko Miyazaki, joueuse de koto, l'a poussé à rassembler ce beau monde. On retrouvera donc le fidèle Philippe "Pipon" Garcia, aka Kpt'n Planet, à la batterie, Eivind Aarset à la guitare et Mathieu Michel à la trompette. Préparez vous à prendre une belle leçon de jazz contemporain, il a les bras grands ouverts pour de nouvelles sensations.

 

La première note de l'album nous a fait penser immédiatement à Truffaz, associé à Benita et Garcia et on arrive vite au Projet Ladyland. D'ailleurs le morceau "Monday" est celui qui va le plus se rapprocher du dit projet, le reste de l'album est dans une autre mouvance. Le couple Benita / Garcia est toujours aussi resplendissant. La complicité des deux hommes permet de poser de bases solides et les autres musiciens n'ont qu'à graviter tranquillement autour de l'axe brillant.

 

L'album est un vrai melting pot parfaitement bien dosé. Michel Benita a fait sauter les frontières qu'elles soient d'ordre territoriales ou stylistiques. Le mélange savoureux des timbres nous balance entre l'Asie, l'Afrique du Nord et l'Europe. Le jazz s'influencera de la musique traditionnel, du rock, de l'électro et de l'ambient. Toutes les conditions sont réunis pour passer un bon moment. Le swing est bien là, "Free At Last" est d'une richesse sans nom.

 

Chaque musicien tient part égale dans un enchevêtrement très bien maîtrisé. Truffaz parle de "démocratie" dans la musique, on y est. "Chemistry" annoncera légèrement une fin qu'on ne veut pas voir arriver, les nappes de synthés rappelleront "Someday", deuxième titre de l'album. Le groupe s'essaiera même au spoken sur "Man Wo", à la fois étrange et doux. Les thèmes mélodiques sont très travaillés au niveau du rythme, la syncope nous plonge dans une dimension temporelle bien vue.

 

En Bref : L'heure est à la relaxation avec cet album calme mais d'une précision proche de la perfection. Un projet à la hauteur du Ladyland de Truffaz même si les trajectoires sont presque totalement différentes.

 

Mention spéciale : A mettre entre toutes les mains.

Publié dans Musique

Commenter cet article