"Dust Lane" Yann Tiersen

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://991.com/NewGallery/Yann-Tiersen-Dust-Lane-518094.jpg

 

 

"Qui peut lécher peut mordre, qui peut embrasser peut étouffer" A. de Musset

 

Cela faisait 5 ans que Yann Tiersen n'avait pas sorti de nouveau CD. Le dernier, "Les Retrouvailles", recevait des invités de prestige dont Liz Fraser entre autres. On retrouvera dans cet album son style nouveau qu'il a affirmé depuis sa tournée "On Tour". Des compositions plus orientées rock qui s'offre le loisir d'un brin d'engagement politique. On se souvient de "La Rafle" sur "On Tour", ici on pourra écouter "Palestine".

 

Quand Tiersen se mêle au rock, on est plus très loin de ce que les experts appellent le post rock. Et il est difficile de nier que Yann Tiersen se rapproche de la démarche de A Silver Mt. Zion pour ne citer qu'eux. Avec ce groupe, il partage une sorte de mélancolie omniprésente depuis le début de sa carrière. "Dark Stuff" nous entraîne dans un tourbillon charnel et sentimental sans être mièvre.

 

On observera par ailleurs qu'il donne une place toujours aussi importante à l'orchestration. Les riffs de guitare forment les loops des différents morceaux. La batterie (voire les batteries si on s'en réfère au concert de La Route Du Rock de cet été) est un véritable moyen de pression, on sait que lorsqu'elle est en avant la musique va dépoter. En effet, le travail sur l'énergie est indéniable. L'ensemble a l'air d'être penser comme un imposante machine qui avancerait pas à pas.

 

Du coup, on regrette un peu le retour en arrière de "Ashes" qui ressemble beaucoup à d'anciennes compositions. A notre goût, on perd un petit peu au niveau des voix. De quelque chose d'assez intimiste, on passe à des chants de groupes au service de l'énergie. Au delà de ce détail, on appréciera le jeu sur les quarts de tons (peut être par le biais de pitch) qui ouvre en beauté l'album. Se les approprier à part entière pourrait nous épater encore plus pour une prochaine fois.

 

En Bref : Lente évolution pour l'homme de Ouessant. La popisation nous ramène un post rock français plutôt agréable. A savourer tranquillement pour un repos bien mérité.

Publié dans Musique

Commenter cet article