"Dark Night Of The Soul" Danger Mouse & Sparklehorse

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://waxinandmilkin.com/photo/1280/109776345/1/koBJdk6EOnniv0tgjS8wLhWo

 

 

La douce mélancolie qu'ont certains rockeurs ne peut laisser les âmes sans cibles de marbre. Malheureusement certains se perdent un peu trop profondément dans ces limbes...

 

Après un an de libre téléchargement sur Internet, l'album de Danger Mouse & Sparklehorse est enfin édité par la firme EMI. Nous voilà donc en possession d'un magnifique opéra pop, une hymne au rock. En effet, le projet réunit toute sorte de personnalités parmi lesquels David Lynch qui accompagne l'album d'un livre photo. Rapide présentation des deux producteurs, Danger Mouse est une des moitiés de Gnarls Barkley à l'origine du fameux "The Gray Album" (mélange du "White Album" des Beatles et du "Black Album" de Jay-Z). Sparklehorse est le groupe du regretté Mark Linkous au rock sombre et déstabilisant.

 

Dès le début de l'album, le style est annoncé assez clairement. On pourra entendre de belles ballades pop avec un son rock à la Lou Reed. Voilà comment sera former la partie instrumentale du CD. Et comment débuter une oeuvre plus majestueusement qu'avec un morceau des Flaming Lips ? Quel frisson à l'écoute de "Revenge" ! L'émotion est aussi forte qu'à l'écoute de "Streets of Philadelphia" de Bruce Springsteen. La tension redescendra pour le second titre, plus simple dans son écriture.

 

On aura le plaisir de trouver une énergie débordante grâce aux titres "Angel's Harp" et "Pain". Le premier profite de la présence de Black Francis (issu du groupe Pixies) et d'une guitare au son punk accompagnés de légers passages aux cordes : tendrement torturé. Le second bénéficie de l'aura Iggy Pop. Un morceau qui s'autodéconstruit à mesure qu'il avance. Un morceau avec Iggy Pop est toujours une réussite.

 

Malgré tout certains chanteurs invités ne font pas vraiment décoller le disque et n'en font pas un incoutournable. C'est le cas de Jason Lytle et de Gruff Rhys. Leurs parties sont vraiment déjà vues malheureusement. Les musiques sont bonnes mais ancrent trop ces deux artistes dans quelque chose qu'ils ont déjà fait. Leur ton enjoué ne peut pas rivaliser avec "Daddy's Gone" dans lequel Mark Linkous chante aux cotés de Nina Persson sur ce même ton mais avec ce petit quelque chose en plus.

 

Pour terminer, il nous est impossible d'omettre de parler de la fin du CD. Un sublime plongeon dans les eaux troubles de la pop bien pensante et bien pensée. La voix de Vic Chesnutt vous transpercera le coeur si vous osez écouter "Grim Augury". Pour terminer, le morceau "Dark Night Of The Soul" dans lequel apparait David Lynch est un régal. On est submergé par cette ambiance désertique de plus en plus lunaire. On se sent marcher seul...

 

En Bref : Un album boulversant sur la moitié des titres. L'autre moitié tempère élégamment pour obtenir un ensemble surprenant à écouter.

 

Cet album a été dédié à Mark Lindous, d'une balle dans le coeur il s'est envolé en mars 2010, et à Vic Chesnutt, emporté parmi les anges en décembre 2009.

Publié dans Musique

Commenter cet article