"Black Sands" Bonobo

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://urbansounds.files.wordpress.com/2010/01/bonobo_black_sands_albumcover_k.jpg

Déjà quatrième album pour Bonobo sous le label Ninja Tune pour parfaire le tout.

 

Comme à chaque fois, le savoureux mélange de samples d'instruments réels et de sons électroniques ravit les papilles. On pourra apprécier à la fois une batterie acoustique, comme avec le morceau "Animals" (à ce sujet la fougue de la batterie ne sera pas sans nous rappeler les rythmes de Luke Flowers du groupe The Cinematic Orchestra), ou alors un kit électronique dans le titre "All in Forms". On entend beaucoup d'instruments différents, ces derniers se relaient sous une basse hypnotique et une batterie furieuse.

 

Pour ce nouvel opus, on notera des influences venant de musiques plus traditionnelles. Dans le morceau "Kiara", on décelera aisément des sonorités asiatiques. Par ailleurs, dans ce même morceau, un synthé nous a rappelé "Empty House" de Air sur la musique du film "The Virgin Suicides". L'énergie de l'album pourrait se comparer à certaines formes de musiques éthiopiennes, la plupart du temps, ces passages nous sont évoqués par des cuivres et font référence dans notre esprit à l'afro beat. Le morceau "El Toro" est un bon exemple de cette impression.

 

La présence d'Andreya Triana donne une couleur soul / jazz à l'album. "Stay the same" est peut être le plus intéressant car sa voix est vraiment au centre de la musique. Au contraire dans "Eyesdown" sa voix pourrait être un sample et on ne ferait pas plus la différence. "The Keeper" fera surgir un nous un besoin irrépressible de hip hop.

 

Une légère déception à l'écoute de "1009", on s'attend à un morceau un peu plus désorganisé que ca en entendant l'introduction. Une musique sur un rythme plus lent aurait peut être redonné un brin de dynamisme à l'album dans sa globalité. En revanche gros bémol, la fin du CD se termine par une sorte de marche à trois temps un peu trop flasque, nous avons eu l'impression d'écouter un orchestre d'harmonie qui n'est pas captivé par ce qu'il est en train de jouer. Trop grandiloquent dans le mélancolique...

 

En bref : Un album de Downtempo à se procurer, nous ne le classerions pas dans le genre trip hop. Il suffirait de déshumaniser la chose pour approcher le son de Bristol. Il s'agit d'une petite pépite, plus qu'agréable à écouter. Le son est parfait, très chaud. A écouter sereinement, ce CD est très frais, apte à recevoir n'importe quelles oreilles dans des conditions hétéroclites.

 

 

Publié dans Musique

Commenter cet article