"3ème temps" Grand Corps Malade

Publié le par Pacifisme et Rationalité

http://www.13or-du-hiphop.fr/sortie/Grand-Corps-Malade-3eme-temps.jpg

 

 

"A quoi bon soulever des montagnes quand il est si simple de passer par dessus ?" B. Vian

 

On n'a plus besoin de présenter l'homme à la béquille qui a fait découvrir le slam au grand public. Fabien Marsaud dans le civil a trouvé un bon rythme, un album tous les deux ans, des concerts dans de grandes salles et un public qui semble être fidèle à celui qu'on nomme "poète de la rue".

 

Une fois de plus, GCM ravira ses fans. Voilà un album qui s'inscrit dans la strict lignée des deux autres. Mêmes thèmes, mêmes instrus, on se retrouve bien à la maison, comme il y a deux ans. Et c'est un petit peu contrariant qu'on aime ou qu'on aime pas. Le premier morceau est une copie de "Du Coté Chance" au niveau du texte. De plus la partie de piano semble jouer par un débutant avec cette mélodie de contines pour enfants.

 

L'éducation est aussi un thème qui lui est cher et par ses mots, on sent qu'il s'est impliqué très personnellement dans l'instution pour y distiller son petit quelque chose. "Ecole de la Vie", "Education Nationale", "Le Blues de l'Instituteur", etc. On n'appréciera que très peu le "Roméo Kiffe Juliette" car dans notre tête résonne encore la chanson d'Abd Al Malik sur "Dante". Idem pour "J'Attends", peut être un peu trop proche de la version d'Hocus Pocus.

 

Changement d'horizon au niveau des featurings, après Rouda et Oxmo Puccino, on a le droit à Aznavour et Elise Oudin-Gilles. Vous comprendrez aisément que le coté underground est en baisse. On dirait d'ailleurs que GCM veut s'éloigner de ce qu'il avait écrit dans "Underground" de l'album précédent. Peut être faudrait-il trouver un juste milieu entre ces deux extrêmes ?

 

Malgré tout, le bon mot est toujours là en témoigne la chanson "Un Verbe". Nous avons aimé ce dénuement dans l'instrumentation qui correspond peut être mieux à ce que l'on attendait, et on a un schéma identique dans "Education Nationale". D'ailleurs sur cet opus, pas de morceaux totalement  a capella.

 

En Bref : Pas de surprises dans ce nouveau CD, même l'apparition d'Aznavour ne surprend pas vraiment. C'est l'autoroute de la monotonie et de la simplicité avec une poésie d'une certaine qualité égale à elle même.

Publié dans Musique

Commenter cet article